Sekai no Ongaku Index du Forum Sekai no Ongaku
Parlez des musiques que vous connaissez. Nous acceptons tous les genres et toutes les origines. Tous les pays sont à l'honneur.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

I'm Shipping up to Boston

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sekai no Ongaku Index du Forum >>> Juke Box - Vos créations >>> Vos écrits
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Hatsu Appa
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2011
Messages: 77
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 狗 Chien
Clé de Sol: 219
Moyenne de points: 2,84

MessagePosté le: Mer 20 Juin - 22:00 (2012)    Sujet du message: I'm Shipping up to Boston Répondre en citant

I'm shipping up to Boston to find my wooden leg.


Tout est dans le titre (sorry for mans or womans who doesn't understand the title).


-Att... Matt, réveille-toi, tu vas être en retard pour prendre le bateau. Allez dépêche-toi.
-Hmm ... Encore deux minutes...
- Non le bateau part dans dix minutes et tu n'es pas prêt et il faut encore cinq minutes pour aller au quai. Alors dépêche-toi!
-Pfffff...
Bonjour,je m'appelle Matt et la folle qui me réveille c'est Sofia. Comme vous l'aurez sans doute remarqué, je ne suis pas un lève-tôt.
-Allez Matt, dépêche-toi.
Toutes les colocataires sont comme ça ou c'est juste elle parce qu'on va à Boston. Nous louons un duplex depuis seulement deux semaines mais c'est déjà en grand bordel.
-Matt!
-Oui c'est bon, j'ai plus qu'à mettre ma protèse et mes chaussures.
Ah oui j'ai oublié de vous prévenir, je suis unijambiste. Comment je me suis retrouvé avec une seule jambe ? Eh bien, c'est une longue histoire.






Chapitre 1 : Une momie nous souhaite un bon voyage


Tout commença à la colonie des Sang-mélé quand j'ai rencontré Sofia. Elle venait juste d'arriver mais moi cela faisait longtemps que j'en faisait parti. On a pas eu beaucoup de difficulté à trouver qui était mon parent dieu. J'étais doué en dessin, musique, sculpture et autres arts. Mon père était sans nul doute Apollon. A la colonie j'étais considéré comme le beau goss mais il y avait un problème... Voyez-vous je suis mi américain ( Apollon était en mode otaku des Etats-Unis), mi japonais (Je m'appelle Matt Sôma), et aucune fille peut me toucher de trop sinon je transforme en mouton. C'est notre malédiction de famille. Quand je me transforme en mouton je peut contrôler le métal ce qui n'a aucun rapport avec mon paternel dieu. Donc si jamais une fille m'enlacent et me découvre en mouton, un des Sôma lui efface la partie de sa mémoire qui a été endommagé.
Mais sous mes airs de beau goss demi-dieu maudit, je suis sadique, un peu pervers et très susceptible.
La première fois que j'ai rencontré Sofia, je sortais avec Charlotte Beauregard du bungalows d'Aphrodite. Sofia venait juste d'arriver à la colonie.On l'avait instalée dans le bungalows d'Hermés car on ne savait pas encore qui était son parent immortel.
En tout cas cette première rencontre avait été assez mouvementé.
-Eh la nouvelle tu t'appelles comment ?
En se retournant ses longs cheveux roux ondulèrent dans l'air à la manière d'une feuille d'arbre soufflée par une brise de vent.
- Sofia Dauclair, pourquoi ?
- Pour savoir. Tu viens d'où ? T'as l'air d'être une fille de bourge toi ?
- Je viens du Luxembourg et oui je suis bourge, je suis une descandante direct du comte Sigefroy. Ca te dérange ?
- Non t'enerves pas comme ça, poil de carotte.
Satan passa.
Deux coups de pieds dans le côtes, trois coups de poings dans la tête et un dans le ventre plus tard, j'étais alongé par terre sur le ventre. Sofia avait un pied sur mon dos
- Ne m'appelles plus jamais poil de carotte, compris?
-Hmm hmm.
-COMPRIS ?
-Ouiii, mais pitié épargne mon dos.
A l'heure du dîner, Sofia me regardé bizarrement sans broncher. J'avais envie de m'enfuir mais je ne pouvais pas. Charlotte me tenait par le bras, si fort que même Mr T. n'aurait pas pu sans dépétrer.
Cela a duré un mois. Entre temps j'avais rompu avec Charlotte, j'ai appris qu'elle me trompait avec Tom Delatour du bungalows d'athéna.
Quand je veux réfléchir et être seul, j'aime bien me réfugier dans la forêt près du poing de Zeus. Mais une fois que je m'y rendais, Sofia s'y trouvait déjà.
-Qu'est-ce que tu fais là ?
-Je réfléchis alors au revoir.
Et elle retourna à ses pensées.
-On peut réfléchir ensemble si tu veux.
- C'est pour te racheter de l'autre jour ?
-Oui
-Alors d'accord.
-Tu penses à quoi ?
-Je rêve d'évasion, m'enfuir aussi longtemps que je veux.
-Ah, moi aussi.
-Alors suivez-moi.
-"Hein qu'est-ce que tu as dis ? Moi rien, c'est toi" (simultanément)
Soudain une lumière -si blanche qu'elle nous aveugla- arriva d'un arbre qui -je n'avais jamais remarqué- portait des feuille d'argent. C'était un saule pleureur. Après que la lumière eut diminué mais pas éteinte complétement, nous vîmes un immense lion qui brillait parmis les branches tombantes du saule. Il se tenait là en nous regardant et ne brancait pas. Nous faisions de même par facsination et par crainte qu'il nous attaque.
-Alors voulez-vous venir dans ce monde qui vous fait rêver ?
Je rêve c'est ce lion qui vient de parler.
-Je m'appelle Aslan, fils d'Adam et fille d'Eve.
-Mon père s'appelle Jean-Claude.
-Ah ah ah. Ils font tous la même erreur. Alors vous venez ou pas ? Sachez que si vous venez le temps s'arrete dans ce monde-ci. Et dans mon monde vous devrez accomplir une tâche que je vous conffirai.
-Pourquoi pas. Après tout on se fait chier ici.
-Alors venez, c'est par ici.
Nous nous avançâmes de quelques pas mais sur notre gauche, arriva, dans un halo verdâtre, une momie qui tint se language:
"A trois vous partirez dans cette autre monde que vous désirez,
 Sur les îles Solitaires vous conduira votre odyssée,
 Rabadash le Ridicule vous trouverez,
 De vous donnez la pièce d'echec du Roi Edmond vous devrez le convaincre,
 La ramenez sur l'Olympe vous devrez.
 Cette quêtte coûtera une vie,
 Et à trois vous revienderez."
-Bonjour Oracle, dit Aslan.
Sans répondre le soi-disant Oracle tourna et repartit dans la forêt.


Chapître II: Un bel accueil
Le saule pleureur devait être très agé car il avait tellement de branche qui tombait qu'il en était presque impossible de voir à plus d'un mêtre. Quoiqu'il en soit, après avoir dépassé le tronc nous atterrîmes dans une grotte que je n'avais jamais remarqué. Peut-être n'y a-t-elle jamais été. 
Cette grotte, qui était ronde, avait en son centre une sorte de table en pierre cassée en deux. Sur les murs était représentés des images mettant en scènes quatres enfants, une chose mi-homme mi-bouc, deux castors, une femme, un lion etbien d'autres personnes. L'endroit a l'air plutôt vieux.
Nous devions être attendu car quand nous entrîmes une clameur s'éleva d'une dizaine de personne. Il y avait un homme agé qui avait une barbe blanche, à côté se tenait un autre homme qui devait à peine avoir la majorité. Il tenait par la main une fille d'à peu près le même âge. De l'autre côté de l'homme agé il y avait deux autres personnes agées: un homme à la barbe plus longue que le premier et une femme. Il y avait encore un homme qui devait avoir la trentaine, il avait l'allure d'un roi. Il restait trois personnes: une jeune demoiselle, un autre homme à la trentaine et un dernier qui devait avoir dans les quarantes ans.
-J'ai l'impression de nous revoir plus jeune, tu ne trouves pas Polly? dit l'homme à la plus longue barbe
-Si Si Digory,répondit la dénommée Polly.
-La n'est point le moment de se remémorer des souvenirs, nous avons un danger à combattre, dit l'homme à l'hallure d'un roi.
-C'est bon Caspian ils viennent juste d'arriver, dit la jeune demoiselle.
-Lucy, la fin du monde est à quelques semaines de nous. Il faut nous presser.
La dénommée Lucy voulu répondre mais Sofia l'a coupa:
-Attendez! Je ne sais pas où nous sommes ni comment on y est arrivé mais c'est surement pas notre Terre. Donc si c'est la fin de votre monde on a rien à faire ici. Rentrons Mike !
Sofia dit cette dernière mais se rendit compte aussitôt qu'elle ne savait pas par où aller pour retourner chez elle.
-Ma chère enfant, dit le deuxième homme agé, croyez-vous qu'on vous ai fait venir sans raison ? Non. Tous les mondes sont en danger. Le notre, comme le votre.
-Mais qu'est-ce que vous racontez vieux fou ? 
-Je ne suis pas un vieux fou. Je suis Ramandu!
-Connais pas, rétorqua Sofia.
-Suffit, dit la jeune fille d'une voix agacée, l'heure est grave je vous rappelle.
-Calme-toi Jill. Inutile de leur crier dessus, ils sont innocents, dit le lion.
-Mais Aslan, c'est toi-même qui le dit !
-C'est temps-ci, nous sommes tous un peu à crant. Je vous conseille à tous d'aller vous reposer un peu. J'expliquerai le problème à nos demi-dieux seul.
tous y accordèrent et sortirent de la grotte.
-Qui étaient toutes ces personnes ? demandai-je.
On s'était habitué au fait que ce lion puisse parler. Donc cela ne nous surpris pas qu'il nous réponde:
-On les appellent les amis de Narnia. il y avait Ramandu, Eustache, Jill, Digory, Polly, Caspian, Lucy et ses deux frères, Edmond et Peter.
Aslan les cita tout en montrant les personnages sur la fresque qui parcourrait les murs de la pièce.
-Narnia ? Qu'est-ce que c'est ?
-Mais c'est l'endroit même où vous êtes. Nous sommes à Narnia, à la colline de la table de pierre.
-Une colline? Mais j'ai plus l'impression qu'on est dans une grotte.
-Vous comprendrez quand on sortira. Maintenant, je me dois de vous expliquez pourquoi je vous ais insités à venir ici.
-Ca serait gentil, oui. dit Sofia qui avait l'air en colère.
-C'est une affaire très facheuse, on doit bien se l'avouer. En effet, il y a 360 ans lorsque les quatres enfants d'Eve et d'Adam, Lucy, Edmond, Peter et Susane arrivèrent sur le trône de Narnia, vos dieux ont offert à Edmond un jeu d'echec en or. Connaissant vos dieux, je me doutais bien que ce n'était pas qu'un simple jeu. Et en effet, il y a deux semaines, Zeus nous réclama le jeu. Mais entre-temps, il y eu la guerre et le jeu d'echec fut perdu. On ne retrouva qu'une pièce, le cavalier.
-Vous nous avez fait venir pour qu'on retrouve cette fichu! Mais je rève! En quoi ça nous concerne tout ça! En plus on ne connait rien de votre pays à part cette grotte miteuse! s'exlama Sofia.
-C'est n'est pas moi qui vous ais choisi pour faire cette quête, mais votre oracle.
-Je vais butter ce cadavre quand on sera chez nous, me jura-t-elle.
-De plus, vous n'aurai pas à cherché la pièce. On l'a retrouvé.
-Alors pourquoi nous avoir fait venir ?
-C'est Rabadash le Ridicule qui l'a mais il ne veux pas la rendre.
-Qui est ce Rabadash ?demandai-je.
-Un dépravé du royaume d'Archenland. Vos dieux nous déclarons la guerre dans une semaine si on ne leur apporte pas cette pièce.
Je pourrais encore vous rapporter la suite de ce dialogue mais cela serrait interminable et inutile. Aslan réussit à me convaincre de faire cette quête. Ce fut plus difficile pour Sofia mais le lion arriva à ses fins. Je ne vous rapporterai que ceci:
-Il est temps pour vous de découvrir les habitants de Narnia.
-Attendez,l'interompai-je, tout à l'heure quand vous nous avez présentés aux personnes qui était là, vous avez mentionné Lucy, Edmond et Peter je crois. Si j'ai bien suivi votre récit, ce sont eux-même qui ont régnaient ici il y a 360 ans.
-Oui, ce sont eux-même.
-Alors, cela voudrait dire qu'ils auraient à peu près 400 ans alorsque le plus vieux des trois en parraissait 40.
-Le temps s'écoule différenment pour nos deux mondes. Lorsque vous êtes ici, le temps s'arrête chez vous. Et lorsque vous êtes chez vous, ici il y peut se passer une semaine comme un siècle.
-D'accord, je crois que j'ai compris. Mais une dernière chose. Vous avez qu'il était quatres enfants. Où est cette Susane ?
-Je crains fort que vous ne la verrez jamais.
-Est-elle morte ?
-Non, elle a renié Narnia. Mais suffit pour toute ces question. Rejoignons les autres.
Aslan nous entrainna à travers les dédales de la grotte. Quand on retrouva enfin la lumière du soleil qui nous éblouit, une plus grande clameur que la première fois nous accueillit. On s'abitua assez vite à la lumière du soleil et je vis qu'il y avait bien là une bonne centaine, voir plus, de personnes qui nous applaudissaient. Je vis même des "choses" qui n'étaient pas des hommes. Je ne m'étonna pas de voir des centaures et des satyres, puisqu'il y en avait aussi à la colonie...La colonie ! Qu'est-ce qu'elle me manque d'un coup! Je me demande ce qu'en pense Sofia.
Le plus étonnant fut de voir différents animaux se tenirent sur leur pattes arrières et nous applaudirent comme des hommes. 
Un cheval s'approcha de nous et:
-Bienvenue à Narnia! 
-Aaaaaaaaaaaaaaaah, Ce cheval vient de parler ! Au secours,  je suis chez les fous ! cria Sofia en me sotant au cou.
-Euuuh... Je..., balbutai-je.
Toutes les créatures éclatèrent de rire. On appris plus tard que les animaux de Narnia savaient parler.




Chapître 3: Notre voyage commence


Le soir de notre arrivée, on dorma dans une tente (pas les mêmes que chez nous, mais je serai bien incapable de la décrire), instalée près de la colline. Et le lendemain, on retrouva Aslan, un centaure et une antilope. On nous avait prété des habits locaux.
-Bonjour les enfants. Je vous présente Aurélius (le centaure) et Lyne (l'antilope).
-Bonjour.
-Êtes-vous prêts à partir récupérer la pièce d'echec ?
-Quoi ?! Maintenant ?!
-Eh bien, c'est que nous n'avons qu'une semaine pour la récuperrer. De plus Rabadash n'habite pas à côté, dit Aslan.
-Et où habite ce Rabadash ? demanda froidement Sofia.
- Sur l'île de Coriakin, répondit Lyne, d'une voix flutée.
-Et bien sur, vous allez nous dire que nous ne sommes pas à côté des côtes.
-C'est cela, dit Aurélius. Nous allons suivre la Grande Rivière et descendre jusqu'à Cair Paravel. De là nous prendrons un bateau et traverser l'océan de l'Est jusqu'à l'île de Coriakin.
-Ca va prendre combien de temps ce voyage ? demandai-je
-3 jours. 4 au plus.
...
Je retins Sofia qui voulais frapper le centaure. Après qu'elle fut calmée on put partir sur le dos de deux chevaux. Aslan, Aurélius et Lyne nous accompagnaient. L'eau de la Grande Rivière était d'un bleu si scintillant qu'elle nous éblouissait parmoment à cause des reflets du soleil de début de primntemps. Soudainement, je vis qu'une chose plus longue qu'un requin sauta au dessus de l'eau. Je m'aperçut que c'était une femme mais elle avait quelque chose qui l'a rendait moins humaine... Une queue de poisson !
-Oh! Une sirène, m'exclamai-je.
Aurélius tourna la tête.
-Bonjour Sola, comment vas-tu aujourd'hui ? Ta blessure est-elle guérrie ?
-Bonjour Aurélius. Je vais beaucoup mieux,  ma blessure est bien guérri. Il ne reste qu'une petite cicatrice.
En effet, je vis au niveau de sa hanche une cicatrice qui descendait jusqu'à sa nageoire.
-En plus, je viens d'apprendre que j'accompagnerai les enfants jusqu'à l'île Coriakin, reprit-elle. Je vais enfin découvrir le grand Océan. 


Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Mer 20 Juin - 22:00 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sekai no Ongaku Index du Forum >>> Juke Box - Vos créations >>> Vos écrits Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo